Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-23%
Le deal à ne pas rater :
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD à 929€ (Via ODR)
929 € 1199 €
Voir le deal

A côté de la «Star Ac’», les sans-papiers campent

Aller en bas

Actualité A côté de la «Star Ac’», les sans-papiers campent

Message par Yavin Mer 17 Sep - 20:32

A côté de la «Star Ac’», les sans-papiers campent Sans-papiers-manifestation


Collision entre l’univers le plus paillettes strass et le monde le plus réel stress. La célèbre émission de TV Star Academy vient de louer un hôtel particulier rue Charlot à Paris. A un jet de micro, un village africain s’est installé à l’annexe de la Bourse du travail. Une grande majorité de Maliens, Sénégalais, Ivoiriens y côtoient des Maghrébins. Au milieu de la cour protégée de la pluie par des bâches bleues en plastique, de grandes casseroles bouillonnent surveillées de près par des cuistots volon­taires. A tour de rôle, 1300 travailleurs sans-papiers occupent ces lieux depuis huit mois afin réclamer la régularisation de leur présence en France.

La nuit médiatique

D’un côté la lumière des spots et de l’autre la nuit médiatique. «En mai dernier, on parlait encore de nous. Mais depuis, c’est le silence complet. Même les syndicats nous ont laissé tomber», explique l’un des occupants, Sissoko Anzouman, le porte- parole de la Coordination 75 des sans-papiers. Le ministre de l’Immigration Brice Hortefeux n’a-t-il pas annoncé que l’Etat a régularisé près de 800 clandestins?

70 heures payées 39 !

«Mais ça ne nous concerne pas !» rétorque Sissoko Anzouman. «Les travailleurs qui ont reçu leurs papiers sont tous salariés de grosses boîtes et soutenus par de puissantes sections syndicales. Mais nous, nous bossons dans des PME ou pour des artisans qui n’ont parfois qu’un ou deux ouvriers. Dans ces petites entreprises il n’y a aucune section syndicale.»

D’où viennent-ils? Tous ont fui la misère en Afrique et gagné la France, comme ils ont pu, rançonnés souvent par les passeurs. La situation de Sissoko Anzouman est emblématique de bien d’autres.

Ce Malien de 44 ans est arrivé à Paris, en 2000 : «J’ai trouvé du travail dans une boîte qui nettoyait les Galeries Lafayette. J’étais payé au SMIC (salaire minimum) soit 1000 euros environ par mois (1600 francs) pour 39 heures. En fait, je travaillais… 70 heures. Et je n’ai jamais reçu un sou de d’heures sup ! Récemment, j’ai été arrêté pour cause d’absence de papiers et expédié pendant deux mois en prison. Mon patron m’a aussitôt licencié. Je me retrouve donc à la rue !»



Source : bellaciao.org
Yavin
Yavin
Voyageur tatonnant
Voyageur tatonnant

Nombre de messages : 148
Age : 32
Date d'inscription : 27/06/2008

http://www.destricted-lefilm.com/intro_destricted.html

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser